Après l'échec de la COP 26, l'AIE alerte: l'efficacité énergétique ne progresse pas assez

Il y a 1 semaine 68

Par Challenges.fr le 17.11.2021 à 12h23 Lecture 2 min.

Le développement de l'efficacité énergétique dans le monde est revenu à ses niveaux pré-pandémie mais cela est toujours insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques, prévient mercredi 17 novembre l'Agence internationale de l'énergie (AIE). L'agence note des progrès "mais pas assez rapides pour atteindre les objectifs climatiques internationaux".

Séance plénière de la COP26 à Glasgow, en Ecosse, le 12 novembre 2021

Séance plénière de la COP26 à Glasgow, en Ecosse, le 12 novembre 2021

AFP - Paul ELLIS

Le développement de l'efficacité énergétique dans le monde est revenu à ses niveaux pré-pandémie mais cela est toujours insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques, prévient mercredi 17 novembre l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Dans un rapport publié peu après la fin de la COP26 à Glasgow, qui a réaffirmé l'importance de l'efficacité, l'agence note des progrès "mais pas assez rapides pour atteindre les objectifs climatiques internationaux". L'intensité énergétique mondiale - un indicateur clef qui évalue dans quelle mesure l'activité économique utilise l'énergie de manière efficace ou non - devrait s'améliorer (c'est-à-dire baisser) de 1,9% en 2021, après avoir connu sa pire année en une décennie en 2020.

Ce progrès est désormais en ligne avec le rythme des 10 dernières années mais c'est toujours bien en dessous des 4% par an nécessaires entre 2020 et 2030, selon les scénarios de l'AIE permettant d'atteindre la neutralité carbone en 2050.

Augmenter les investissement dans le BTP

Les investissements dans l'efficacité devraient augmenter de 10% cette année à près de 300 milliards de dollars, en majorité dans le bâtiment, mais il faudrait que ces investissements triplent d'ici 2030 pour atteindre les objectifs climatiques, selon l'AIE. "Il n'y a pas de chemin plausible vers zéro émissions nettes sans utiliser nos ressources énergétiques de manière plus efficace", a souligné le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol. L'amélioration de l'efficacité doit aussi permettre de "créer des millions d'emplois de qualité et faire baisser les factures d'énergie", fait-il valoir.

Concrètement, l'AIE détaille une série de mesures dans l'industrie, les transports et le bâtiment pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Elles vont de la multiplication des pompes à chaleur à la réduction à 100 km/h de la vitesse sur autoroutes en passant par l'augmentation de l'amélioration de la collecte des plastiques ou le recours aux trains plutôt qu'aux vols régionaux.

(Avec AFP)

Lire la Suite de l'Article