Cinq chiffres pour comprendre l’énergie nucléaire en France

Il y a 1 mois 134

Avec la hausse du prix du gaz et de l'électricité, le nucléaire s'invite dans le débat à quelques mois de l'élection présidentielle. Retour en chiffres sur l'électricité d'origine nucléaire en France.


Le nucléaire, première source de production d’électricité en France

Aujourd’hui en France, 70 % de la production d’électricité provient de l’énergie nucléaire, ce qui en fait la première source de production et de consommation d’électricité dans le pays. Une proportion très différente par rapport à d’autres pays européens dont la stratégie énergétique diverge. Ainsi, au Danemark, en 2020, 48 % de la production d’électricité reposait sur l’éolien, selon le site spécialisé Wind Europe. En Allemagne, au premier semestre 2021, le charbon était au contraire la première source d’électricité dans le pays, au moment où le pays est en pleine transition du nucléaire vers les énergies renouvelables.

19 centrales nucléaires sur le territoire

Si la stratégie du nucléaire civil est enclenchée en France dès les année 1950, les chocs pétroliers des années 1970 donnent un coup de fouet au projet, et 58 réacteurs nucléaires sortent rapidement de terre sur 19 centrales nucléaires éparpillées sur le territoire. Selon EDF, 80 % de la production d’électricité d’origine nucléaire est assurée par quatre régions : l’Auvergne-Rhône-Alpes, le Grand Est, le Centre val-de-Loire et la Normandie.

12 g de CO2/kWh pour la production d’électricité d’une centrale

Si le nucléaire n’est pas neutre en émission carbone notamment lors de l’extraction de l’uranium et dans la construction des centrales, il reste une source minime d’émissions de dioxyde de carbone. Selon les chiffres du GIEC(Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) de 2018, le nucléaire rejette 12 grammes de CO2 par kWh. En comparaison, le charbon en émet 820 grammes, et le gaz, 490 grammes.

1,67 million m3 de déchets nucléaires en France

Si l’atome n’émet que très peu de CO2, il n’est pas irréprochable sur le plan écologique. Selon la dernière inventaire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), au 1er janvier 2020, la France avait produit près de 1,67 million de m3 de déchets nucléaires. Tous ne sont pas issus de la production d’électricité, puisque ce chiffre comptabilise aussi ceux issus du nucléaire militaire ou encore de la médecine. Parmi ces déchets, tous ne gardent pas la même radioactivité au cours du temps : toujours selon l’Andra, 90 % d’entre eux perdent leur radioactivité après 31 ans, les 10% restants sont des déchets nucléaire « à vie longue » qui sont les plus problématiques puisqu’ils représentent 99,9 % de la radioactivité totale. Une dangerosité qui cristallise les tensions autour des projets d’enfouissement des déchets nucléaires en France.

Les deux tiers du parc nucléaire auront 40 ans en 2025

En 1977, la centrale nucléaire de Fessenheim est la première centrale de la filière REP (Réacteur à eau pressurisée) mise en service en France. Alors que l’ensemble des centrales nucléaires ont été conçues pour une durée de vie de 40 ans, elle est aussi la première à avoir été définitivement fermée en 2020. Son démantèlement – titanesque- devrait être terminé pour 2040 et doit servir ce projet test puisque douze autres réacteurs vieillissants devront être mis à l’arrêt d’ici 2035 en France.

Par l'équipe Ça m'intéresse

Lire la Suite de l'Article