EDF ne coupera plus l’électricité en cas d’impayés

Il y a 2 semaines 69

Le fournisseur français d'électricité prend cette mesure dans le cadre de la flambée des prix de l'énergie.


Près de 20% des Français souffrent de précarité énergétique, selon l’Observatoire de la précarité énergétique. Face à la nette augmentation des prix de l’énergie, EDF a annoncé, ce vendredi 12 novembre, ne plus couper l’électricité dans les foyers en cas d’impayés, dans une interview accordée au Parisien.

Cette décision intervient au-delà de la trêve hivernale, prévue du 1er novembre au 31 mars. « Dans un contexte marqué par la montée des inquiétudes liées au prix de l’énergie, nous faisons ainsi un choix responsable et solidaire qui privilégie l’écoute et l’accompagnement de nos clients en difficulté », indique Jean-Bernad Lévy, président et directeur général du groupe EDF dans un communiqué, 

À la place, les Français verront leur puissance limitée à 1000 Watts, tout au long de l’année. « De quoi conserver les usages essentiels : l’éclairage, la recharge des téléphones, un chauffe-eau, une machine à laver, Internet ou encore un petit réfrigérateur », détaille Marc Benayoun, l’un des directeurs exécutifs du fournisseur d’énergie.

Une demande de la Fondation Abbé Pierre

La précarité énergétique est définie légalement depuis 2010 dans la loi « Grenelle 2 » : elle concerne toute « personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

Le 19 octobre dernier, la Fondation Abbé Pierre demandait expressément « l’abolition des coupures d’électricité ». Elle précisait : « En 2019, d’après le Médiateur de l’énergie, le nombre d’impayés d’énergie avait progressé de 17 % en un an, engendrant près de 280 000 coupures d’électricité chez des ménages qui ne parvenaient plus à s’acquitter de leurs factures. »

La Fondation Abbé Pierre proposait ainsi « d’abolir les coupures d’électricité dans les résidences principales, quelle que soit la période de l’année, y compris en-dehors de la trêve hivernale des coupures d’énergie. Les fournisseurs n’auraient plus le droit d’interrompre la fourniture d’électricité mais pourraient, en en cas d’impayés durables, instaurer une réduction de puissance à hauteur par exemple de 1 kVa (1 000 watts) ».

Par Alexandra Milhat

Lire la Suite de l'Article