[Édito] Et si on parlait du potentiel écologique de la 5G, plutôt que s’insulter

Il y a 1 année 233

Publié le 16 septembre 2020

Le débat sur la 5G est bien mal engagé. Entre une forme de mépris du Président de la République et une tendance "antitout" de certains écologistes, c’est un dialogue de sourds qui s’installe semblant acter que 5G et écologie seraient deux vertus opposées. Mais, la 5G n’est pas une fin en soi, c’est un simple outil qui justement peut transformer nos modèles urbains, automobiles, énergétiques…

D’un côté on voit le premier personnage de l’État traiter une partie de ses concitoyens "d’Amish qui veulent retourner à la lampe à huile". De l’autre, des élus qui s’opposent à toutes innovations pour la seule raison qu’elles sont nouvelles. Le sujet de la 5G mérite tellement mieux que ça ! Il apparaît clairement que l’enjeu de la 5G a été mal compris par une partie de nos concitoyens… et dans le cas présent, ni Emmanuel Macron, ni les maires EELV n’y répondent bien.

En réalité, opposer 5G et écologie est absurde. La 5G est critiquée car, avec son débit 10 fois supérieur à la 4G, elle aurait un objectif consumériste en augmentant notre utilisation de données numériques. Mais non ! La 5G ne vise pas le particulier. La 5G n’a pas pour objectif de diffuser des films en ultra haute définition sur de minuscules écrans de téléphones portables. Nous allons profiter de nouveaux services pour sûr, mais la 5G sera à 80 % un outil industriel.

Villes intelligentes, voitures autonomes…

Et parmi les gains industriels, il y aura des gains écologiques. Voir réellement apparaître des villes intelligentes où les flux d’eau, d’énergie, de déchets sont optimisés sans perte. Favoriser l’essor de la voiture autonome qui réduira l’engorgement des villes et la pollution. Optimiser les flux de marchandises en évitant de faire rouler des camions remplis aux tiers de leur capacité. Du coup réduire les stocks et les besoins d’entrepôt qui participent tant à l’artificialisation des sols…. Il y aurait tant de choses à raconter sur la 5G. Sur cet outil qui, bien utilisé, peut réellement participer au nouveau modèle de société, au monde d’après, que nous avons tous appelé de nos vœux lors de la crise du Covid.

L’un des arguments anti-5G est celui des matières premières pour construire des antennes-relais ou les nouveaux téléphones portables compatibles. L’argument est vrai mais à relativiser. Il est aussi vrai pour la 5G que pour l’automobile, l’habillement, l’aéronautique, la construction, le vélo électrique. L’Europe est ultra dépendante de l’extérieur pour importer des matières premières. En réponse, elle doit miner de manière responsable son sous-sol et surtout mieux recycler… Ce n’est pas un sujet nouveau, ni un sujet propre à la 5G !

Beaucoup de Français, comme ceux de la convention citoyenne climat, ne sont pas opposés à la 5G. Ils veulent juste mieux comprendre ces usages. C’est sain ! Mais se lancer des noms d’oiseaux de part et d’autre n’est pas la solution. C’est même catastrophique si cela débouche sur un référendum. C’est prendre en otage une passionnante rupture technologique et cela alimente des peurs irrationnelles et des idées complotistes. La 5G doit être déployée, elle doit aussi être expliquée.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin

Lire la Suite de l'Article