Électricité : les énergies renouvelables plus importantes que le charbon dès 2025

Il y a 11 mois 475

Publié le 01 décembre 2020

Selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), les renouvelables ont connu une croissance exceptionnelle en 2020, à peine freinée par la crise du Covid-19. Des aides publiques ont soutenu cette croissance. À ce rythme, solaire, éolien et hydraulique seront la première source d’électricité devant le charbon avant 2025, à condition d’un soutien constant des pouvoirs publics.

En 2020, tandis que les énergies fossiles étaient mises à mal par la crise économique liée au Covid-19, les énergies renouvelables ont représenté 90 % des nouvelles capacités de production d’électricité. Malgré le gel de quelques projets, c’est près de 200 GW de nouvelles capacités qui ont été installées, soit l’équivalent de plus de trois fois le parc nucléaire français.

Un dynamisme qui laisse envisager une suprématie imminente des énergies renouvelables en matière de production d’électricité passant même devant le charbon, a estimé l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE) à l’occasion de la publication de son rapport Renouvelables 2020. Ce sont la Chine et les États-Unis qui ont particulièrement tirs cette croissance alors que le secteur y bénéficiait de nombreuses aides.

Un tiers de la demande mondiale

"En 2025, les renouvelables devraient devenir la principale source de production électrique dans le monde, mettant un terme à cinq décennies de course en tête pour le charbon", explique Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE. Ces sources répondront alors à environ un tiers de la demande mondiale d’électricité. Les capacités éoliennes et photovoltaïques devraient à cette allure dépasser celles du gaz dès 2023 puis du charbon en 2024, estime l'Agence, qui conseille de nombreux pays sur leur politique énergétique.

Cela implique un scénario où le déploiement des renouvelables va encore s'accélérer en 2021, pour atteindre une croissance inégalée depuis 2015. Ainsi l’année prochaine, les experts attendent une hausse de 10 % des capacités, en particulier dans l'Union européenne et en Inde. Mais pour y parvenir, l’AIE appelle les gouvernements à soutenir cet élan et se dit préoccupée par la fin des mesures de soutien sur certains marchés clés comme la Chine. "Les renouvelables peuvent résister à la crise du Covid mais pas aux incertitudes politiques", prévient Fatih Birol.

Ludovic Dupin avec AFP

Lire la Suite de l'Article