L’Écosse lance le plus gros appel à projet d’éolien offshore au monde tandis que la France reste à la traîne

Il y a 5 mois 354

Publié le 14 février 2022

L’Écosse a mis un véritable coup d'accélérateur avec un appel à projet hors norme sur l'éolien offshore de 25 gigawatts, soit près de la moitié de la puissance du parc nucléaire français. A contrario, en France, les projets sont enlisés depuis des années dans des recours et peinent à émerger. Le pays est le seul au niveau européen à ne pas avoir atteint ses objectifs à 2020 en matière de renouvelables.

C’est la plus importante mise aux enchères d’éolien offshore au monde. L’Écosse vient de sélectionner 17 projets pour installer des éoliennes au large de la mer du Nord d’une capacité de 25 gigawatts, soit près de la moitié de la puissance du parc nucléaire français, ou encore de 15 EPR. L’investissement total est estimé à 60 milliards d’euros. Plus de 70 candidats y ont participé et ce sont les majors pétrolières présentes en mer du Nord qui ont été retenues telles que TotalEnergies, BP, Shell ou encore Iberdrola. Leur mise en service devrait avoir lieu avant 2030.

Une nouvelle qui contraste avec la situation française, où les projets se comptent sur les doigts d’une main et où le premier parc éolien offshore, celui de Saint-Nazaire, ne devrait être raccordé qu’à la fin de l’année, avec plus de dix ans de retard sous l'effet notamment des recours. À titre de comparaison, l’objectif de la France à 2028 est d’atteindre une puissance de 6,8 gigawatts. "En France, c’est l’aspect planification qui fait défaut. Le problème c’est que nous n’avons pas d’objectifs au-delà de 2028, il nous faut une vision de moyen et long terme", explique Michel Gioria, délégué général de France Énergie Éolienne (FEE).

Une cinquantaine de parc d'ici 2050 

Le syndicat pousse pour l'installation de 18 gigawatts (GW) en 2035 et 50 GW en 2050 d'éolien offshore, qui pourraient être repris dans la future loi de programmation énergétique. "Cela suppose de définir les endroits où on va installer ces éoliennes. D’ici 2035, cela implique d’installer une quinzaine de parcs sur les trois façades maritimes. Nous suggérons également de ne plus mener de débat public projet par projet mais sur l’ensemble des projets à l’échelle d’une façade afin de gagner du temps", poursuit Michel Gioria.

Et justement, Emmanuel Macron, qui a présenté sa stratégie énergétique la semaine dernière, compte bien accélérer sur l'éolien offshore. Il a annoncé sa volonté de mettre en service une cinquantaine de parcs d’ici 2050 pour une puissance de 40 GW, un objectif proche de celui de FEE. "Cela passe par une planification maritime des zones de développement en concertation notamment avec les pêcheurs" a également déclaré le chef de l'Etat, qui promet une simplification des procédures et "une levée des barrières règlementaires à partir du moment où les projets sont acceptés localement"

La France, dernière du peloton au sein de l'Union européenne

La France accuse toujours un retard dans le déploiement des énergies renouvelables, malgré l'installation de plus de quatre gigawatts, majoritairement photovoltaïques, en 2021. Dans l'éolien terrestre, les capacités totales installées s'élevaient à fin septembre à 18,5 GW, nous écartant de la trajectoire nécessaire pour atteindre 24 GW fin 2023. Le pays est le seul au sein de l’Union européenne à ne pas avoir atteint ses objectifs à 2020 en matière de renouvelables. Les énergies renouvelables ont représenté 19,1 % de la consommation finale brute énergétique, contre 23 % prévu.  

Tous les scénarios énergétiques, publiés par le gestionnaire du réseau à haute tension RTE comme par l'Ademe, soulignent pourtant la nécessité d'un déploiement massif des renouvelables, si le pays veut atteindre en 2050 son objectif de neutralité carbone. "Si on ne se met pas en ordre de marche, nous allons avoir d’énormes problèmes d’approvisionnement. Avec 3 GW de renouvelables supplémentaires, nous aurions passé l’hiver tranquillement… " souligne le délégué de France Énergie Éolienne.    

Concepcion Alvarez @conce1

Lire la Suite de l'Article