Plan de relance : le gouvernement dévoile ses outils pour verdir l’industrie

Il y a 1 année 255

Publié le 11 septembre 2020

L’industrie est l’un des secteurs très émetteur de CO2 en France et le plan de relance vise spécifiquement le verdissement de ces activités. Pour y parvenir, les entreprises industrielles sont invitées par le gouvernement à répondre depuis jeudi 10 septembre à deux appels à projet pour soutenir leur transition écologique.

Le gouvernement continue à dérouler les détails de son plan de relance. Après les programmes  généraux puis des détails sur par exemple la rénovation thermique des bâtiments, les transports ou le déploiement des technologies hydrogène, c’est maintenant la décarbonation de l’industrie qui est mise en avant. Le Fonds décarbonation de l'industrie bénéficiera d'ici à 2022 d'1,2 milliard d'euros, dont 200 millions engagés dès 2020, a indiqué le ministère de l'Économie, à l’occasion d’un déplacement de la ministre déléguée Agnès Pannier-Runacher sur le site d'ArcelorMittal à Dunkerque (Nord).

Deux premiers appels à projets sont ainsi ouverts. Avec un seuil à 3 millions d'euros, ils concernent des projets plutôt grands en matière d’efficacité énergétique et de chaleur verte (biogaz, biomasse...).  D'autres appels à projet seront lancés ces deux prochaines années, à raison de 500 millions d'euros par an. Entre 1995 et 2015, les émissions de CO2 de l'industrie ont baissé de 40 % en France, mais elles restent importantes (80 millions de tonnes annuelles, 20 % du total) et l'empreinte carbone du secteur est massive du fait des importations.

Soutenir des filières locales

"Grâce aux progrès sur l'efficacité énergétique ou l'utilisation de sources de chaleur décarbonnées, notre objectif est de réduire de l'ordre de 8,7 millions de tonnes les émissions (...) soit 11 %" des émissions de l'industrie, équivalentes à "l'ensemble des logements d'Île-de-France", a souligné Agnès Pannier-Runacher lors d'un point presse.

Je me suis rendue sur le site Arcelor-Mittal de Dunkerque, engagé pour réduire ses émissions de CO2 de 33% d'ici 2030. Ce site, fort de son histoire, a vocation à être en pointe de la décarbonation de notre industrie, et le chef de file des technologies innovantes et décarbonées. pic.twitter.com/PhzD4stg9s

— Agnès Pannier-Runacher (@AgnesRunacher) September 10, 2020

"Soutenir l'accès à une chaleur décarbonnée, c'est aussi soutenir des filières de production locales de biomasse, c'est ancrer des sites industriels qui consomment dans leur territoire" et "les protéger des fluctuations du marché", a-t-elle estimé. Pour "illustrer" ce plan, le gouvernement avait choisi le site dunkerquois d'ArcelorMittal, "l'un des plus émetteurs de CO2 en France, incarnant une industrie construite depuis le 19e siècle" et qui a selon Agnès Pannier-Runacher vocation à "devenir chef de file des technologies innovantes décarbonnées".

Ludovic Dupin avec AFP

Lire la Suite de l'Article