Aramco redevient l'entreprise à la plus forte valorisation boursière au monde, devant Apple

Il y a 2 mois 215

Les géants de l'énergie ont le vent en poupe, là où les valeurs technologiques dévissent. La preuve : la valorisation de Saudi Aramaco dépasse à nouveau celle d'Apple.

Si la crise du Covid avait consacré les valeurs technologiques, les consommateurs confinés se ruant vers les équipements électroniques et les services en ligne, la guerre en Ukraine profite aux géants de l'énergie, tandis que les autres secteurs sont plombés par les pénuries et l'inflation. Illustration de ce phénomène : Saudi Aramco est repassé devant Apple comme l'entreprise affichant la plus forte valorisation boursière.

Au 11 mai, Saudi Aramco vaut désormais 2 426 milliards de dollars, tandis que la firme de Cuppertino pèse 2 371 milliards de dollars. Au plus haut début 2022 (le 3 janvier), Apple avait passé le cap des 3 000 milliards de dollars de valorisation ! La correction est brutale, et c'est tout le Nasdaq qui flanche depuis le début de l'année. La compagnie pétrolière d'Arabie saoudite ne dépasse pourtant pas son record historique : elle profite plutôt de la baisse d'Apple, qui pâtit des confinements en Chine et de la paralysie de sa chaîne d'approvisionnement, et d'une érosion de la demande des consommateurs.

VOS INDICES

source Indices & cotations

Chassé-croisé entre Saudi Aramco et Apple

Saudi Aramaco, introduite à la bourse de Riyad fin 2019, a immédiatement séduit les marchés. Sa valorisation a dépassé le milliard de dollars... au bout d'un jour de cotation, là où il a fallu 13 747 jours à Apple pour franchir ce cap symbolique, relève Statista. C'est la seule entreprise non-américaine du top 10 mondial des sociétés les mieux valorisées.

Aramco a immédiatement dépassé la valorisation d'Apple, mais l'entreprise américaine lui est repassée devant en juillet 2020, durant la crise du Covid-19. Le groupe saoudien était alors pénalisé par la chute des cours et la baisse de la demande, avec le ralentissement de l'activité économique. Les courbes se croisent à nouveau alors que les géants énergétiques enregistrent des profits insolents, portés par l'envolée des cours du brut. Le bénéfice net d'Aramco a plus que doublé en 2021 par rapport à 2020, à près de 100 milliards d'euros. Et ses performances en 2022 s'annoncent tout aussi exceptionnelles. Mais dans un environnement mouvant, une nouvelle inversion des courbes est probable à moyen terme.

Sélectionné pour vous

Le cas épineux de la raffinerie de Schwedt, symbole de la dépendance énergétique de l’Allemagne à la Russie

SUR LE MÊME SUJET

Les stratégie climat de Total, Shell, BP, Eni, Equinor, Aramco, Chevron et ExxonMobil à la loupe Ces technologies qui pourraient faire gagner des milliards aux pétroliers
Lire la Suite de l'Article