EDF se dirige vers des pertes colossales, plombé par les centrales nucléaires à l'arrêt

Il y a 1 mois 119

La chute risque d'être vertigineuse pour EDF. Le géant électricien français a indiqué ce jeudi 27 octobre avoir encore revu l'impact financier de la baisse de sa production électrique pour 2022 à 32 milliards d'euros, contre 29 milliards annoncés en septembre.

Plombé par des centrales nucléaires à l'arrêt pour maintenance ou pour des problèmes de corrosion, et par l'obligation de vendre une large partie de sa production nucléaire à bas prix, EDF se dirige vers une perte colossale cette année; il a déjà subi une perte nette de 5,3 milliards d'euros au premier semestre.

"Sur la base de l'estimation de production nucléaire en France pour 2022 dans le bas de la fourchette 280-300 TWh et des prix à terme 2022 au 7 octobre 2022", le groupe évalue l'impact de la baisse de production sur l'EBITDA (excédent brut d'exploitation) à - 32 milliards d'euros.

Il a par ailleurs connu des mouvements sociaux en France depuis septembre, "dont l'impact est à l'étude", a-t-il précisé.

Le groupe EDF, détenu à 84% par l'Etat et bientôt renationalisé à 100%, a annoncé par ailleurs un chiffre d'affaires en hausse de 78% sur 9 mois à 101,5 milliards d'euros contre 57 milliards par rapport à la même période en 2021.

Luc Rémont va prendre les rênes de l'entreprise 

Il a aussi annoncé un gain net de 939.000 clients sur 12 mois, à la faveur du retour de nombreux clients attirés par ses tarifs réglementés.

Mais davantage de clients et davantage d'électricité vendue ne veut pas dire, pour EDF, plus de bénéfices.

Le futur PDG d'EDF Luc Rémont, dont la candidature proposée par l'Elysée a été validée mercredi par le Parlement, doit prendre les rênes de l'entreprise lourdement endettée à compter de "mi-novembre", selon le souhait exprimé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire jeudi matin.

(Avec AFP et Reuters) 

Lire la Suite de l'Article