Énergies fossiles : sans rupture majeure, les États devraient largement dépasser les objectifs de l’Accord de Paris

Il y a 6 mois 263

Publié le 03 décembre 2020

À quelques jours du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris, les Nations-Unies tirent la sonnette d'alarme. Au rythme actuel, la production d'énergies fossiles ne va pas permettre de respecter la trajectoire 1,5°C. Si une baisse devrait être constatée cette année, en raison de la pandémie de Coronavirus, les experts prévoient que la production de charbon, pétrole et gaz augmente de 2 % par jusqu'en 2030, alors qu'elle devrait baisser de 6 %. 

Le monde est encore trop accro aux énergies fossiles. Selon un nouveau rapport, publié mercredi 2 décembre par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) (1), les États s'apprêtent à produire 120 % d'énergies fossiles de plus que ce qu'il faudrait pour rester sous la barre de 1,5°C, conformément à ce que prévoit l’Accord de Paris. Selon les prévisions des experts, la production de charbon, pétrole et gaz devrait ainsi augmenter de 2 % par an entre 2020 et 2030, si tous les projets dans les cartons se réalisaient. Il faudrait pourtant qu’elle baisse de 6 % (-11% pour le charbon, - 4% pour le pétrole et -3% pour le gaz).  

Schema production gap PNUE 2020

Écart de production d'énergies fossiles selon les projections actuelles et les contributions climatiques nationales (NDC), par rapport aux scénarios 1,5°C et 2°C, en gigatonnes de CO2 par an. (source : PNUE)

"Nos recherches montrent clairement que nous serons confrontés à de graves perturbations climatiques si les pays continuent à produire des combustibles fossiles aux niveaux actuels, sans parler de leurs augmentations prévues", a insisté Michael Lazarus, auteur principal et directeur du Stockholm Environment Institute. "Les conclusions de ce rapport montrent clairement que 2020 ne peut pas être l'année où rien ne change, elle doit être l'année où tout se change" a également réagi Will Nichols, responsable de la recherche sur l'environnement et le changement climatique chez Verisk Maplecroft.  

Des plans de relance encore trop bruns

Selon des estimations préliminaires, la production d'énergies fossiles pourrait diminuer de 7 % en 2020 par rapport à 2019, (8 % pour le charbon, 7 % pour le pétrole et 3 % pour le gaz), indique également le rapport. Cela est proche de la trajectoire que le monde devrait suivre, mais les premiers signes venant des plans de relance post-covid ne sont pas encourageants. "Ceux qui subventionnaient déjà massivement les énergies fossiles ont accru leur soutien, et ceux qui avaient des engagements plus importants envers les énergies propres utilisent les plans de relance pour accélérer cette transition", note le rapport.  

Globalement, les plans de relance sont en effet majoritairement bruns. Selon un compteur mis à jour régulièrement par une coalition d'organisations (2), les gouvernements du G20 ont déjà engagé plus de 250 milliards de dollars vers des secteurs liés aux énergies fossiles (compagnies aériennes, constructeurs automobiles...) contre seulement 166 milliards envers les énergies propres. Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE, appelle dès lors les gouvernements à "saisir l'occasion" pour "reconstruire en mieux, pour un avenir plus juste, plus durable et plus résistant aux chocs futurs". 

Un autre rapport qui fait le lien entre santé et changement climatique, The Lancet Countdown (3), publié le 3 décembre, estime que l'usage d'énergies fossiles, notamment le charbon, est responsable de sept millions de décès annuels à cause de la pollution de l'air. "L'humanité fait la guerre à la nature, c'est suicidaire", a dénoncé Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU en réclamant que le sommet prévu le 12 décembre pour le cinquième anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat permette de déclencher un véritable mouvement positif et une réduction substantielle du recours aux énergies fossiles.

Concepcion Alvarez avec AFP

(1) Production Gap Report 2020 (publié le 2 décembre 2020)

(2) Energy Policy Tracker (mis à jour le 2 décembre 2020)

(3) The Lancet Countdown 2020 (publié le 3 décembre 2020)

Lire la Suite de l'Article