L'Afrique juge les centrales au gaz indispensables à son développement

Il y a 2 semaines 57

Par The Economist le 21.11.2022 à 08h36 Lecture 3 min. Abonnés

Le continent africain, qui a besoin de centrales au gaz pour se développer, dénonce l'hypocrisie occidentale qui en restreint le financement au titre de la lutte contre le réchauffement climatique. Mais les sources renouvelables ne peuvent suffire à produire toute l'énergie électrique.

31349_1831560_k2_k1_4232228.jpg

Emmerson Mnangagwa et Mokgweetsi Masisi, présidents du Zimbabwe et du Botswana, à la COP 27 en Egypte, le 7 novembre 2002. Les pays d'Afrique soulignent que leur impact est minime sur le climat.

P. Dejong/AP/Sipa

Si le problème des pays riches consiste à parvenir à un approvisionnement énergétique propre, celui de l'Afrique est d'abord de développer sa production. La consommation moyenne par personne et par an en Afrique subsaharienne équivaut à 1,5% de celle des Etats-Unis. Un Africain utilise au total moins d'électricité chaque année qu'un Américain pour son seul frigo. Un faible usage d'énergie est la conséquence de la pauvreté, mais c'en est aussi la cause. Si l'Afrique entend devenir plus prospère, elle devra donc consommer bien plus d'énergie, y compris d'origine fossile. Or cette perspective place le continent sur une trajectoire qui heurte un monde riche en pleine hypocrisie, restreignant le financement de centrales au gaz destinées à l'usage local. "L'Occident estime-t-il donc que l'Afrique doit rester sous-développée?", fulmine Matthew Opoku Prempeh, le ministre ghanéen de l'Energie.

Renouvelables insuffisants

Communiqués, partenariat Cision

Lire la Suite de l'Article