La Belgique construit la première île énergétique artificielle au monde

Il y a 2 mois 375

Publié le 21 janvier 2024

La Belgique va lancer dans les prochains mois la construction de la première île énergétique artificielle au monde, en mer du Nord. Celle-ci, prévue pour être raccordée en 2030, va permettre de relier l'électricité produite par les parcs éoliens offshore situés loin des côtes mais aussi de servir d'interconnexion avec d'autres pays comme le Royaume-Uni ou le Danemark.

En ce début d’année 2024, la Belgique va construire la toute première île énergétique artificielle au monde en mer du Nord. Baptisée l’île Princesse Élisabeth et créée de toutes pièces, elle va voir le jour à 45 kilomètres du littoral afin de servir d’interconnecteur énergétique entre des parcs éoliens offshore et la Belgique mais aussi le Royaume-Uni et le Danemark. La fin des travaux est prévue pour mi-2026 et les premiers raccordements pour 2030.

"L'île énergétique intégrera les énergies renouvelables dans le réseau, facilitera les échanges internationaux d'électricité et augmentera notre sécurité d'approvisionnement, ce qui constitue une étape majeure vers une société neutre en carbone", explique le gestionnaire de réseau de transport d’électricité Elia, à l’origine du projet. "C'est un maillon essentiel de notre futur approvisionnement énergétique", ajoute-t-elle.

Mutualisation des coûts

Concrètement, l’île va réceptionner l’électricité produite au large par les parcs éoliens, la transformer et/ou la stocker avant de la redistribuer via des câbles sous-marins. Le projet a obtenu le feu vert environnemental du gouvernement en octobre dernier. Construite dans une zone Natura 2000, l’île Princesse Élisabeth doit veiller à la biodiversité environnante et des mesures spécifiques ont été prises en ce sens. Parmi elles, des corniches seront installées sur les murs anti-vagues pour accueillir la mouette tridactyle, une espèce vulnérable. "Sous la surface, différentes mesures seront également combinées afin de créer un récif artificiel riche et diversifié", précise l’entreprise.

La Belgique est le deuxième pays au monde en termes de capacité offshore par habitant, juste derrière le Danemark. Ce dernier prévoit lui aussi de construire une île énergétique artificielle d’une taille encore plus importante, de 20 à 40 hectares. Les îles énergétiques ont l’intérêt de mutualiser les infrastructures électriques et donc de réduire les coûts, de pouvoir livrer de l’électricité à plusieurs pays plutôt qu'à un seul, et de stocker et/ou transformer l’électricité sur place. Elles constituent en outre des atouts majeurs pour les pays de petite taille comme la Belgique et le Danemark.

Concepcion Alvarez

Lire la Suite de l'Article