La crise du gaz a bénéficié au charbon au sein de l’Union européenne

Il y a 5 mois 264

Publié le 16 février 2022

L'explosion des prix du gaz a eu des conséquences très concrètes sur la transition énergétique au sein de l'Union européenne, selon un nouveau rapport du think tank Ember. Elle a freiné la sortie du charbon, notamment dans des pays comme la Pologne qui y a largement eu recours l'année dernière. En revanche, la crise du gaz n’a pas freiné l’essor des énergies renouvelables, qui ont encore battu un record.

Historiquement, au sein de l’Union européenne, les énergies renouvelables remplaçaient le charbon, mais en 2021, elles ont surtout remplacé le gaz, en raison de l’explosion de son prix, + 585 % au cours de l’année dernière, entraînant un prix de l’électricité multiplié par sept. "La crise du gaz est un changement de paradigme pour la transition électrique de l’UE", a déclaré Charles Moore, responsable Europe du think tank Ember, qui vient de publier une note sur le marché de l’électricité dans l’UE en 2021. "La législation est le seul moyen de garantir la fermeture des centrales au charbon d’ici à 2030 ; la volatilité des prix du gaz a clairement montré que l’on ne peut pas compter sur les seules forces du marché", a-t-il ajouté.

Graph renouvelables et gaz UE @Ember

"Les énergies renouvelables ne remplacent plus le charbon sale, mais le gaz cher", Ember.

Plus de la moitié (52 %) de la nouvelle production renouvelable depuis 2019 a remplacé le gaz, et un tiers a remplacé le nucléaire, tandis que seulement un sixième a remplacé le charbon. De 2011 à 2019, plus de 80 % des nouvelles énergies renouvelables remplaçaient le charbon. Cette bascule a marqué un ralentissement de la sortie du charbon au sein de l’Union européenne, avec un recul de seulement 3 % entre 2019 et 2021, contre 29 % les deux années précédentes. Cependant, la situation est disparate selon les pays. Ainsi, ces deux dernières années, la production de charbon a diminué en Espagne (-42 %) et en Grèce (-43 %), mais a fortement augmenté dans d’autres pays comme la Pologne (+7%).

Éolien et solaire au rendez-vous tout au long de la crise énergétique

Malgré certains affirmations contraires, l'énergie éolienne et solaire de l'UE ont continué à tourner tout au long de la crise énergétique, établissant de nouveaux records chaque mois au cours du second semestre 2021, sauf en septembre. L'éolien et le solaire ont atteint un nouveau record en 2021 (547 TWh), générant pour la première fois plus d'électricité que de gaz (524 TWh), malgré une croissance modeste due à des vitesses de vent plus faibles. Le solaire, en particulier, est en plein essor dans le nord et le sud de l'Europe, produisant 27 % d'électricité en plus en 2021 qu'en 2019, et doublant aux Pays-Bas et en Espagne au cours de cette période.

Mais cela n’a pas suffit à rétablir la balance sur le plan des émissions. Celles-ci n’ont diminué que de moitié par rapport au taux requis pour rester sous un réchauffement limité à 1,5°C. L'Espagne a réalisé les plus grandes réductions d'émissions au cours des deux dernières années, tandis que la Pologne a été de loin le plus grand frein aux progrès globaux. Ainsi, les combustibles fossiles représentaient encore 37 % de la production d'électricité de l'UE en 2021, contre 39 % en 2019, tandis que les énergies renouvelables en généraient 37 % et le nucléaire 26 %.

Les prix du marché indiquant que la crise du gaz se poursuivra pendant au moins les deux prochaines années, "les objectifs climatiques de l'Europe pourraient être menacés si les pays n'intensifient pas le déploiement des énergies renouvelables et ne légifèrent pas pour fermer les centrales au charbon" prévient Ember.    

Concepcion Alvarez @conce1

Lire la Suite de l'Article