Pénurie de carburant: la grève chez TotalEnergies continue, des négociations lundi

Il y a 1 mois 805

La pénurie de carburant va-t-elle encore s'aggraver? La grève de la CGT chez TotalEnergies et ExxonMobil a été reconduite samedi 8 octobre au lendemain d'un encouragement aux négociations lancé par le gouvernement, qui a assoupli les règles de transports des carburants pour tenter de résoudre les tensions d'approvisionnement dans les stations.  La CGT, se dit toutefois prête à entamer des négociations dès lundi sur la question unique de la hausse des salaires, laissant de côté ses revendications d'embauches et d'investissements, selon une lettre ouverte adressée samedi au PDG du groupe.

Lire aussiSuper rentable, TotalEnergies va verser des dividendes exceptionnels à ses actionnaires

"La situation devrait continuer à s'améliorer, puisqu'on a pris des autorisations pour que les camions citernes puissent circuler ce week-end" et "qu'on a libéré du stock stratégique", a déclaré Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique interrogé samedi sur Franceinfo. Il a écarté pour l'instant la perspective de restrictions à la pompe: "nous n'en sommes pas là, à part les interdictions de remplir des jerricans ou des bidons, notamment dans le nord de la France où on a la situation la plus tendue".

Un embouteillage de voitures sur 500 mètres

Vendredi, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher avait annoncé "des difficultés" dans 42% des stations du Pas-de-Calais et 43% dans le Nord, en léger recul par rapport à la veille. Au niveau national, 19% des stations-service connaissaient des ruptures sur au moins un carburant vendredi à la mi-journée, selon le ministère qui assure que la France "dispose de 90 jours de consommation" en stocks stratégiques.

A la pompe, les files d'attentes d'automobilistes deviennent un spectacle quotidien. "Là je me suis réveillé à 4h du matin pour pouvoir chercher de l'essence, ça va faire 4h que j'attends", a témoigné Terry Caboste, un employé de la métallurgie rencontré samedi dans une station parisienne qui a limité les remplissages à 30 euros par client. Porte de Vincennes à Paris, un embouteillage de voitures s'est formé sur 500 mètres, dans un concert de klaxons, près d'une station Avia où tous les carburants étaient à plus de 2 euros le litre, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un appel au calme du président de la République

Depuis Prague, le président Emmanuel Macron a appelé vendredi les automobilistes au "calme" et groupes pétroliers et syndicats à la "responsabilité". "J'appelle les entreprises concernées, qui, pour la plupart, ont quand même de bons résultats, à considérer aussi les demandes d'augmentation de salaires", avait déclaré auparavant Olivia Grégoire, ministre déléguée aux Petites et moyennes entreprises, sans citer nommément TotalEnergies et ses 10,6 milliards de dollars de bénéfice au premier semestre.

Le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné ne s'est pas exprimé publiquement sur la grève, mais dans une vidéo interne au groupe mardi, il a reconnu que "les résultats de la compagnie sont exceptionnels en 2022" et déclaré "nous ne vous oublierons pas".

Alors que la CGT réclame 10% d'augmentation sur 2022 - 7% pour l'inflation, 3% pour "le partage de la richesse" -, la direction rappelle qu'elle a octroyé des mesures salariales représentant une augmentation moyenne de 3,5% en 2022 et renvoie à une séance de négociations prévue le 15 novembre pour les salaires de 2023. Elle semble inflexible sur ce calendrier. Samedi, trois des six raffineries françaises étaient toujours à l'arrêt, selon la CGT: la plus grande raffinerie de TotalEnergies, en Normandie, et les deux raffineries françaises de l'américain Esso-ExxonMobil, où le mouvement a été reconduit samedi.

Environ 70% de grévistes

"On est à environ 70% de grévistes", a précisé Christophe Aubert, élu CGT chez ExxonMobil, "ce sont les mêmes effectifs tout le week-end, donc ça ne devrait pas bouger et, là, rien ne sort". Par ailleurs, à la raffinerie TotalEnergies de Feyzin (Rhône), "il y avait 100% de grévistes au service expédition à la relève de 6h", a déclaré Pedro Afonso, élu CGT. "D'habitude, il y a 250 à 300 camions par jour et entre 30 et 50 wagons - là il n'y a rien qui va sortir", a-t-il ajouté, même si la raffinerie continue de produire.

Chez TotalEnergies, outre à la raffinerie de Normandie, les grévistes étaient massivement mobilisés ces derniers jours au dépôt de carburants de Flandres, près de Dunkerque (Nord), à la "bio-raffinerie" de La Mède (Bouches-du-Rhône) et au dépôt de carburants de Grandpuits (Seine-et-Marne) notamment, pour limiter au maximum la sortie de produits pétroliers, selon la CGT.

Le dépôt de carburant de Grandpuits n'est toutefois pas en activité le week-end, selon TotalEnergies. La raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) a elle suspendu sa grève. Les blocages des grévistes entraînent une baisse des livraisons de carburant, les stations-service sont donc plus souvent en rupture de stocks d'essence ou de diesel. TotalEnergies gère près du tiers des stations françaises. Mais le groupe met aussi les perturbations sur le compte du succès de la remise à la pompe de 20 centimes qu'il accorde depuis le 1er septembre, en sus de la ristourne de l'Etat de 30 centimes.

La grève ne se justifie pas pour le moment, a de son côté estimé samedi Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, jugeant nécessaire de passer d'abord par la négociation.

(Avec AFP)

Lire la Suite de l'Article